concert


Comment est née l'idée de ce "concert littéraire" ?

Stephan Eicher : Philippe était invité en ouverture du festival de littérature de Toulouse en 2007 et il se demandait : que vais-je faire d'une salle de 700 personnes ? Je lui ai dit : fais un peu de musique ! C'est né comme ça. C'est une lecture en musique, Philippe commence à lire un texte et j'improvise. La moitié des chansons ont été créées ensemble, les autres n'étaient jamais sorties mais on avait gardé pour elles une tendresse, un peu comme des enfants qui ont des problèmes à l'école et qu'on met sur scène.

Philippe Djian : C'est un terme inventé par Stephan, c'est l'idée du concert avec un type qui écrit des bouquins sur la scène. Ce que je fais ? Je le regarde et quand il me regarde je parle et je chante un peu, mais pas beaucoup. C'est comme quand quelqu'un vous accueille dans un endroit magnifique, j'espère ne pas être viré !

Vous n'êtes pas impressionné de passer côté scène ?

P.D : J'ai une habitude de lecteur, je lis mes livres régulièrement. Je ne vois pas le public mais surtout Stephan !

Avignon sera le dernier concert de la tournée, sera-t-il encore improvisé ?

S.E :Chaque concert est différent autrement ça serait ennuyeux. Philippe n'est pas un musicien pro, il n'a pas la technique de retrouver la même musique le lendemain. Je lui fais des tapis différents et il y fait des choses différentes à chaque fois.

P.D : À chaque concert, on crée des chansons. C'est un peu casse-gueule mais la prise de risque est minime, les gens qui viennent sont charmants et prévenants. Et je ne pense pas qu'on fasse des trucs très mauvais en plus.

Un disque sortira-il de cette expérience ?

P.D : Non, mais on a envie d'ouvrir à des invités. J'en ai parlé à Beigbeder par exemple, il était plutôt tenté. On pourrait faire quelque chose pour les gens qui ont envie d'écouter les écrivains.

S.E : Pas de disque de ce concert littéraire mais on travaille sur un projet de livre et de mini-films avec des chansons qui n'ont jamais trouvé de maison.

Si vous ne deviez retenir qu'une seule œuvre de l'un et l'autre ?

S.E : Son prochain bouquin... Philippe en lira peut-être quelques pages pour le concert d'Avignon, c'est magnifique.

P.D : "Dis moi où" est vraiment la chanson de Stephan qui me touche le plus, ça ne s'explique pas toujours...

Comment s'est passé ce Bal du 14 juillet ? (ndlr, Stephan Eicher a participé au Bal organisé par le Festival d'Avignon)

S.E : J'ai adoré, j'aime ce festival plus vivant que la musique d'aujourd'hui. Quand Rodolphe Burger m'a demandé de participer j'ai tout de suite accepté. C'est un de mes concerts préférés dernièrement.

Quelle différence entre l'écriture d'un roman et une chanson ?

P.D : Il y a des points communs, l'écriture ça démarre sur un bout de mélodie ou 3,4 mots. Je ne suis pas un écrivain à idée, les romans et la littérature ne sont pas toujours les lieux les mieux adaptés pour une idée. Quelques mots me viennent, je cherche la rime, le rythme...

Propos recueillis par Delphine Michelangeli