13 octobre 2013

"L'écrivain et le surfer", par Philippe Djian (Libération, 12/10/13)

12) J’hésite à retourner vers l’automne, vers la pluie et le froid. J’hésite. 13) Je frissonne déjà en apprenant qu’un adulte a battu à mort une enfant de 3 ans. Je claque presque des dents. 14) Ainsi, j’envisage d’aller m’installer au bord de l’océan, mais ce ne sera jamais assez loin. Alors autant penser à autre chose. Par exemple, j’aimerais avertir mon correcteur que je supprime les points d’interrogation. Que ce n’est pas un oubli. Lorsque j’étais plus jeune, j’avais déjà supprimé les points-virgules. C’est une obscure manie,... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 13:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2013

Cette guerre qui nous fait rentrer la tête, par Philippe Djian (Libération, 14/09/13)

"1) La voix de Laura Marling quand elle chante I Saved These Words For You. Je ne sais pas. Elle réduirait une muraille en miettes, non ? Je l’écoutais, l’autre soir, seul, dans la pénombre, et je me tenais aux accoudoirs de mon fauteuil. L’air tiède emplissait mes poumons. J’étais sidéré par l’effet qu’elle produisait sur moi. Je l’écoutais en boucle et elle m’électrisait littéralement. J’étais resté amoureux de PJ Harvey durant des mois, fin 1999, ou encore de Wendy McNeill après la sortie de son premier album. ... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2013

Entretien avec Philippe Djian à propos de "L'envolée" (Bayon, Libération, 25/01/13)

  «L’un conduit le tank, l’autre s’occupe du canon»   Suivant une envie patiente, pour qu’il ne soit pas dit que l’heure est passée de l’Envolée, nous y voilà, résolument installés, prenant notre temps avec le partenaire d’élite inactuel du chanteur d’ailleurs Stephan Eicher. L’écrivain-parolier de renom Philippe Djian, envolé lui-même en vacance, nous répond finalement mot à mot par mail de ceux d’Envolée, depuis une chambre d’hôtel parisienne le 14 janvier. Combien de temps prend une chanson du romancier Philippe... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 12:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 août 2012

"Djian, dame de coeur", par Claire Devarrieux (Libération, 29/08/12)

  Noël mouvementé pour l’héroïne de "Oh…" dont le voisin n’est pas le gentil garçon qu’elle croit.   Philippe Djian, avec "Oh…", écrit pour la première fois le monologue intérieur d’une femme. Elle s’appelle Michèle, elle est productrice de films et vit dans une maison en dehors d’une grande ville (par moments, il s’agit de Paris, à d’autres c’est plus incertain). Donnons-lui 46 ans : son monstre de père est en prison depuis trente ans, et elle en avait 16 quand il a tué les soixante-dix enfants d’un... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 août 2011

Entretien avec André Téchiné (Libération, 17/08/11)

  «C’est filmé entre les corps»   Acteurs, focales, localisation : Téchiné commente ses choix de tournage. Il y a des fleurs et des oiseaux en dessous de chez lui, des chiens maltraités, la Seine et une route polluée. Hier, à 11 heures du matin, André Téchiné nous recevait dans son appartement. Pourquoi avoir filmé entièrement Impardonnables en longue focale ? Je voulais tenter de me rapprocher de quelque chose qui est loin, c’est-à-dire donner la sensation de la distance et, en même temps, franchir... [Lire la suite]
17 août 2011

André Téchiné, mœurs à Venise (Impardonnables, Libération, 17/08/11)

  Méprise . Une île, un homme, une femme, son ex-amante, leurs enfants… De déviances en défiances, «Impardonnables» met en scène des êtres aux destins irrésolus. Malgré l’affiche, il n’y a aucun voyeur dans le film Impardonnables. Peu de paires de jumelles. En revanche, les acteurs sont filmés contre le mur, contre la mer, poussés les uns contre les autres à l’autre bout de l’horizon, proche et loin à la fois. C’est un artefact bien connu des photographes : l’utilisation d’une longue focale, presque un télescope qui, comme... [Lire la suite]
11 novembre 2010

Tenniscoats, charme sans filets, par Philippe Djian

En général, mes visiteurs me glissent un coup d’œil perplexe dans les trente secondes qui suivent. Ou trébuchent. Ou ébauchent un sourire. Je sais qu’ils s’imaginent que je m’amuse encore comme un gamin à faire l’intéressant, à faire l’original en affichant des goûts bizarres, un peu dingues. Ils se trompent. Je n’accorde plus beaucoup d’importance à mon image, en dépit des apparences. Trop fatigant. En fait, je peux très bien expliquer pourquoi j’écoute ce genre de choses, pourquoi tout le reste me paraît bien... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 08:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 février 2010

Entretien avec Philippe Djian sur "Incidences" - Libération

«Après la première phrase, c’est trop tard» Interview Entretien avec Philippe Djian sur "Incidences" Le nouveau roman de Philippe Djian ne sera pas remboursé par la Sécurité sociale. Incidences est un hymne à la cigarette, ah «le mélange d’air pur à la nicotine». Le personnage principal, qui vit avec sa sœur depuis qu’une enfance horrible les a soudés, est un universitaire à la tête d’un atelier d’écriture. L’établissement est français, doté de moyens réduits. Le professeur couche avec ses étudiantes, mais... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 décembre 2009

Pas vus, Chirac et ses amis

Différents artistes, après les manifestations anti Front National du 1er mai 2002, ont publié dans la rubrique "Rebonds" de Libération un texte court. Voici celui écrit par Philippe Djian (3 mai 2002). Pas vus, Chirac et ses amis "A la veille du premier tour, Jean-Marie Le Pen nous avait promis une surprise et il a tenu parole.Aujourd'hui, il nous en promet une autre.En fait, il nous demande de tendre la joue gauche.En fait, il nous demande bien davantage, mais il y met les formes.J'espère qu'il... [Lire la suite]
Posté par philippedjian à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,